FOUR SOLAIRE

C’est quoi le meilleur four solaire ? Si vous êtes gourmet ou amoureux du lot de plaisirs que seule procure une cuisine maison, vous êtes au bon endroit. En effet, la cuisson solaire puise ses origines au fond des âges. Les fours solaires sont les ambassadeurs d’un art gastronomique loin d’être inassouvi. Il se dégage quelque chose de gracieux quand on évoque le sujet. Ces dispositifs ancestraux nous font voyager l’esprit vagabond et songeur. Ce rêve est satiné d’un parfum écologique. La chaleur issue des rayons du soleil vous accompagne pour délivrer un hors-d’œuvre aux notes fraîches et tamisées.

Vous l’aurez compris, le four solaire représente bien une des plus belles façons de redécouvrir la cuisine à son rythme.

Passionnés et curieux se fascinent pour ce mode de cuisson lent au caractère inimitable. Notre site vous raconte l’histoire du four solaire. Julienne de légumes ou pâtisseries, nous avons rassemblé le top de l’information juste pour vous !

Joyeuse lecture, l’équipe fours-solaires.fr

Notre sélection des meilleurs fours solaires : 2024

Cette rubrique présente les best-sellers de l’année en cours. Découvrez le top des cuiseurs solaires et les meilleurs fours solaires du moment !

  •  Four solaire GoSun Sport

Gosun se hisse avec prestance parmi les figures de proue internationales dans le domaine des fours solaires. Cette entreprise américaine a élaboré une technologie inédite, si unique qu’elle a obtenu le privilège de la breveter. Ses panneaux en aluminium, conçus avec une précision minutieuse, captent avec efficacité jusqu’à 80% du rayonnement solaire.

Un des avantages majestueux de ce four solaire tubulaire signé Gosun est l’aptitude de sa paroi externe à maintenir une fraîcheur inaltérée. Il permet ainsi de concocter des mets en toute quiétude dans des environnements extérieurs, (sans crainte pour la sécurité des enfants qui pourraient être à proximité).

Sur le plan de la commodité, ce four démontre une grande versatilité. Il se plie et se transporte avec une facilité déconcertante, faisant de lui un choix idéal pour des espaces restreints, tels qu’un pont de bateau. Il est également parfait pour les candidats privilégiant la légèreté lors de leurs déplacements car il affiche un poids modeste de seulement 4 kilogrammes. Le kit comprend un instrument de nettoyage ainsi qu’un fascicule de recettes culinaires.

Lire la critique

 

  •  Four solaire SunTaste 200

Le cuiseur solaire Suntaste 200, présenté comme une boîte surmontée d’un couvercle en verre, sort du lot par son design singulier. Il écarte l’utilisation de larges réflecteurs, d’où sa compacité remarquable. Les parois du caisson absorbent le rayonnement solaire. Après une phase préliminaire de préchauffage de trente minutes, cet appareil est capable d’atteindre une température de 140 degrés.

La sécurité est un autre atout significatif de ce cuiseur solaire. L’ouverture située à l’arrière et le revêtement en liège concourent à rendre le dispositif très sûr. De plus, sa capacité généreuse de cinq litres se marie à des préparations hétéroclites pour toute la famille. En somme, un outil précieux et polyvalent pour la cuisine au quotidien.

Lire la critique

 

  •  Four solaire Sunplicity poPOP

Le four solaire parabolique Sunplicity, baptisé « poPOP », s’inscrit avec distinction dans le segment de luxe de ce secteur. Ses pieds robustes et ses réflecteurs paraboliques lui octroient une stabilité inégalée. Cette dernière peut même être renforcée par lestage, si nécessaire. Déployé, il exhibe un diamètre impressionnant de 80 centimètres, mais sa conception astucieuse lui donne accès à un repliage à plat pour un rangement optimal style éventail japonais.

L’efficacité du four parabolique n’est plus à démontrer, et le poPOP ne déroge pas à cette réputation. Il se targue d’atteindre une température maximale théorique de 230 degrés, une prouesse thermique qui nécessite néanmoins une certaine prudence.

Ce dispositif se dote d’un support, établi pour accueillir tous vos ustensiles de cuisson. Pensé pour maximiser la sécurité, le poPOP est muni de repères visuels colorés : les pièces peintes en orange signalent les zones de l’appareil susceptibles de chauffer lors de son fonctionnement, tandis que celles colorées en vert indiquent les endroits pouvant être touchés sans danger.

Enfin, sa conception réfléchie permet une utilisation par l’arrière, évitant ainsi de faire face directement au soleil, ce qui limite considérablement les risques d’éblouissement. Cette caractéristique, associée à son design innovant, confirme l’engagement de Sunplicity à allier performance et sécurité.

Lire la critique

 

  •  Cuiseur solaire SUNGOOD

Le cuiseur solaire compact SUNGOOD, produit par la maison Solar Brother, se distingue par son allure évoquant un navire. L’appareil ne manque pas de charme ! Étudié spécifiquement pour les bivouacs, son design promet une manipulation aisée : il se rétracte et se transporte sans difficulté dans un sac, avec un poids plume de 1,4 kilogramme. Ses panneaux, souples et remarquablement efficaces, sont un autre atout de taille.

Le SUNGOOD ne se révèle pas en vogue quand on évoque une cuisson intégrale. Si l’on envisage de préparer un repas complet de bout en bout, il conviendra de prévoir de nombreuses heures.

Néanmoins, il se montre tout à fait compétent pour réchauffer les aliments. Ce cuiseur s’avère donc être un excellent choix. Les personnes ayant du temps devant elles, et qui apprécient une cuisine douce et lente, seront aux anges.

Lire la critique

 

  •  Cuisinière familiale QETU

Dans l’arène des équipements de prestige, la grande cuisinière solaire QETU se pointe à l’horizon.

Elle offre la possibilité de concocter de succulents repas pour plus de cinq convives, sans nécessiter l’utilisation de combustible ou de bois. Parfaitement adapté aux escapades en pleine nature ou aux camps improvisés, cet appareil étonnant assure une cuisine à la fois saine et respectueuse de l’environnement. Par ailleurs, le fourneau solaire présente un format compact et facilement transportable.

Lire la critique

 

  •  Four solaire Yakaphoton

Le Yakaphoton s’impose comme une alternative de premier ordre pour les personnes qui aspirent à une alimentation plus saine. Il propose un look atypique, abritant des fonctionnalités fidèles aux exigences du quotidien de chacun. La modicité de son prix, avoisinant les 200 euros, représente un autre argument intéressant et renforce son attrait pour un large public.

De plus, en soutenant l’entreprise adaptée Qualéa, vous participez activement à la promotion de l’inclusion sociale et à la création d’opportunités d’emploi pour tous, (un engagement éthique et solidaire d’une valeur inestimable).

Lire la critique

 

Qui est à l’origine du four solaire ?

Les spécialistes s’accordent à dire que les fours solaires sont vieux comme le monde. Si l’on remonte dans le temps, il semble indispensable de se glisser dans l’ambiance propre de l’Égypte ancienne. Ces civilisations utilisaient déjà des structures rudimentaires afin de sécher les aliments avant leur mise en conservation. C’est à partir du 17e siècle que les scientifiques ont optimisé les processus de cuisson. Nous relatons cette épopée plus précisément dans notre article dédié à la cuisine solaire.

Retenons simplement le tournant !

Celui-ci a eu lieu au cours du XXe siècle, lorsqu’un scientifique accompli a décidé de se lancer dans un projet fou. Il s’agissait de construire le plus grand four solaire de la planète. Pour cela, notre explorateur, un certain Dr. Félix Trombe disposait de plus d’une corde à son arc.

Spéléologue et physicien, mais également chimiste aguerri, il connaissait très bien le terrain. Cet homme de métier a dirigé les recherches du laboratoire Georges-Urbain du CNRS pendant près de 20 ans. Diverses investigations l’ont poussé à cristalliser son attention sur des métaux particuliers, appartenant à la famille des lanthanides.

Mais ce langage abstrait ne résonne sûrement pas en vous, et c’est bien normal ! Nous mentionnons cet état de fait car Félix Trombe est devenu le père d’une découverte absolument exceptionnelle pour l’époque.

Félix Trombe, un précurseur

Restituons le contexte ! Été 1947, la France commençait tout juste de se relever après les nombreux désastres de la Seconde Guerre mondiale. Le réseau électrique était endommagé, et le pays ne bénéficiait que de très peu de ressources.Ce climat de pénurie énergétique a incité notre protagoniste à mettre à profit son idée ingénieuse. Elle consistait à concentrer les rayons du soleil pour accumuler leur puissance en un point précis.

Bien que cette technique soit connue depuis des siècles sous la forme de l’utilisation d’une loupe pour produire du feu, elle n’a jamais été validée à grande échelle.

Ainsi, la fiction précitée se transforme en douce réalité sous la houlette du Dr. Trombe et de son équipe. Le four solaire à l’Observatoire de Meudon en Île-de-France voit le jour. La construction de ce cuiseur solaire géant a imposé des moyens logistiques conséquents. Les matériaux employés pour l’élaboration de ce monstre émanent de vieux débris récupérés sur les champs de bataille.

Le chantier a mobilisé des centaines d’ouvriers. En quelques mois, le four solaire de Mont-Louis est né. Ses miroirs étincelants peuvent supporter des températures extrêmes de plusieurs milliers de degrés Celsius.

Les années suivantes s’avèrent également symboliques. La cuisine solaire se fond avec aplomb dans les sociétés post-modernes. Félix Trombe a donc ouvert une brèche. Il a réussi à démontrer qu’il est possible d’utiliser l’énergie solaire massivement pour des besoins industriels.

Aujourd’hui, les fours solaires sont également employés dans les régions rurales et les pays en voie de développement pour cuire les aliments et stériliser l’eau potable, en offrant une source d’énergie durable à prix abordable.

Les 3 principaux types de four solaire

Il existe plusieurs types de fours pour cuisiner en extérieur, tels que les fours de type « boîte », les cuiseurs à panneaux réfléchissants et les cuisinières paraboliques, offrant tous des avantages uniques en matière de cuisson en plein air.

  •  Fours solaires de type « boîte »

Premier dispositif à passer sur le grill, le four solaire de type « boîte » est sans doute le cuiseur le plus basique. En effet, il est présent depuis la nuit des temps. On lui doit ce surnom en raison de son principe de fonctionnement. L’infrastructure se compose d’un caisson ferré ou métallisé.

Sur certains exemplaires, il est aussi possible d’avoir des revêtements en bois de sapin ou de chêne rustique. Le socle repose donc sur une robustesse singulière. Au niveau du couvercle, on emploie généralement des matériaux dont la nature réfléchissante agit comme des persiennes translucides. Dans la plupart des cas, il s’agit de papier d’aluminium.

Les températures à l’intérieur du four peuvent atteindre 150°C, en moyenne. Pour une meilleure réflectivité, les contours internes de la boîte adoptent une teinte noire.

NB : Les fours solaires de type « boîte » figurent parmi les cuiseurs les plus accessibles et les moins chers du marché.

Vous pouvez même en construire un par vos propres moyens. Que vous soyez bricoleurs ou non, peu importe, car la création de ces fours solaires est très facile. Avec un tel équipement, vous serez en mesure de préparer des plats nécessitant des températures basses ou modérées.

Toutefois, gardez en tête que pour la cuisine à haut thermostat, il sera préférable de vous tourner vers des fours classiques. Enfin, l’utilisation des cuisinières boîtes soulève aussi la contrainte liée à celle des conditions météorologiques nuageuses ou pluvieuses.

Comme pour tout prototype de ce genre, si les rayons d’un soleil au zénith ne viennent plus dorer la caisse, vous devrez faire une croix sur cette option.

  •  Les cuiseurs « à panneaux » réfléchissants

Nous arrivons dans la section spéciale des cuiseurs « à panneaux » réfléchissants. À l’instar des fours solaires de type « boîte », ces derniers intègrent des caractéristiques qui leur sont propres. Tout d’abord, ces cuiseurs solaires à concentration se définissent par l’instauration d’un principe de fonctionnement bien particulier.

Les réflecteurs de ces dispositifs attirent la lumière en un seul point focal afin de réchauffer les aliments plus rapidement. L’antichambre connectée aux panneaux photovoltaïques permet l’élaboration de plats de façon homogène à une température moyenne d’environ 120°C. Les carreaux des panneaux solaires se constituent de mylar ou d’aluminium émaillé pour encore davantage d’efficience. L’efficacité d’une telle cuisson rapide n’est donc plus à prouver.

Les cuiseurs à panneaux excellent, quand il faut faire revenir une nourriture exigeant un feu vif. Les féculents tels que le riz ou les pâtes sont concernés. Mais il est notoirement possible de stériliser de l’eau, ou de chauffer son café ou son thé.

En réalité, les opportunités culinaires ne manquent guère. Ce matériel dévoile son plein potentiel, car c’est une source d’énergie gratuite et renouvelable (la lumière du soleil). Ils ne produisent pas de fumée ou d’émissions nocives, ce qui les rend écologiques et sûrs à utiliser. Néanmoins, par temps nuageux ou venteux, leur employabilité semble limitée. De plus, ils ont tendance à être plus chers que les cuiseurs solaires « boîte » en raison d’une fabrication plus onéreuse due à une technologie sophistiquée.

  •  Les cuisinières paraboliques

Les fours paraboliques rejoignent le rang des équipements importants. Que ce soit en termes de réflectivité et de concentration, ici la chaleur est intensifiée jusqu’à son paroxysme. Il est de ce fait relativement aisé à comprendre que les températures s’envolent. Les viandes, végétaux et autres condiments placés au sein du foyer central s’exposent à une ardeur pouvant friser les 150°C.

Parfois, on dépasse allègrement ce seuil. Les grands fours solaires, comme celui d’Odeillo, supportent des températures de 3 000 degrés Celsius !

Sur le marché, les exemplaires se cantonnent à des modèles plus modestes. Les cuisinières paraboliques sont utilisées depuis des siècles dans différentes cultures du monde entier, mais elles sont devenues de plus en plus populaires ces dernières années en raison de leur efficacité énergétique et de leur faible impact environnemental. Elles sont plébiscitées dans les régions où l’électricité ou le gaz naturel ne sont pas disponibles ou sont hors de prix.

Les cuisinières paraboliques peuvent être utilisées pour faire cuire une variété pléthorique d’aliments, y compris des céréales, du poisson et des soupes.

Cuisson solaire, kezako

Amateurs de tous bords, contrevenants des quatre coins du monde, sachez que si la cuisine solaire est universelle, elle possède aussi ses secrets dignes des jardins les plus intimes. Les méthodes dépendent du type de four solaire et de la préparation visée.

Va-t-on se pencher sur une cuisine à l’étuve, un rôtissage ou simplement sur un bon vieux mijotage ? Le champ des possibles est vaste. Ainsi, si vous débutez dans cet art culinaire parsemé de mystères, rabattez-vous sur les plats les plus classiques !

L’idée consiste à faire ses armes avant de passer aux choses sérieuses ! Que diriez-vous d’un velouté de légumes, d’un poisson grillé ou encore d’un gratin de courgettes succulent accompagné de son poulet curry ?

Au niveau des équipements d’un preux et fidèle commis de cuisine, mentionnons la fameuse cocotte en fonte, indispensable pour des mets réussis sans complication. On veillera à se munir de gants. Même si un four solaire est moins dangereux en soi que son homologue traditionnel, il subsiste tout de même un risque de brûlure. À l’accoutumée, pensez aussi à porter des lunettes de soleil. Les fours solaires à concentration peuvent parfois émettre des rayonnements UV peu agréables pour les yeux.

Ces recommandations optimisent l’expérience de la plus belle des manières. Nous tenons à vous rassurer, car la cuisine solaire est le must de la cuisson passive. Laisser les aliments se dorer la pilule pendant de longues heures, quel plaisir ! Et question saveur, les papilles des enfants et des adultes, pourront se délecter d’un met aux notes à la fois douces et sulfureuses.

Pour cuisiner de grosses quantités de nourriture, il est préférable de les répartir dans plusieurs petits ramequins plutôt que dans un grand récipient unique.

Choisir son four solaire : les critères

Investir dans un cuiseur solaire n’est pas une mince affaire ! Nous allons vous lister les éléments incontournables à prendre en compte pour un choix idéal.

  •  Budget

Combien coûtent les fours solaires ? Les prix s’échelonnent entre 30 € à 600 € environ. Les modèles les plus coûteux ne sont pas nécessairement les plus performants. Par conséquent, il est primordial de dénicher un four répondant à vos exigences sans que cela ne vous occasionne des dépenses excessives.

  •  Portabilité

Certains modèles de fours solaires présentent une taille considérable et peuvent être encombrants, alors que d’autres sont plus modestes et portables, s’avérant parfaits pour les sorties en camping ou les pique-niques. Il est crucial de prendre en compte la fréquence à laquelle vous prévoyez d’utiliser votre four solaire ainsi que le lieu où il sera utilisé avant de prendre une décision.

  •  Fonctionnalités

Certains fours se dotent d’accessoires culinaires tels qu’un plateau de cuisson en acier inoxydable, des thermomètres et des minuteurs, tandis que d’autres sont plus simples. Il est judicieux de déterminer les fonctionnalités les plus essentielles pour vous et de sélectionner un four en conséquence.

  •  Modes de cuisson

Préférez-vous les repas cuits lentement ou les collations rapides ? Les fours alimentés par l’énergie solaire sont conçus pour les deux types de cuisine, il est donc important de choisir celui qui convient à vos besoins.

Avec ces facteurs à l’esprit, vous êtes prêt à commencer à prospecter sereinement !

Quelques conseils pour cuisiner avec votre propre four solaire

Avant de commencer la cuisson, il est recommandé de préchauffer le four, ce qui assurera une cuisson homogène des aliments.

L’utilisation de récipients et de casseroles à surface sombre permettra une meilleure absorption de la chaleur solaire. Nous conseillons de couvrir les aliments pendant la cuisson pour conserver la chaleur et éviter l’évaporation.

Il est préférable de planifier la cuisson solaire pendant les heures de fort ensoleillement en milieu de journée (soleil au zénith).

Enfin, faites preuve de patience, car la cuisson solaire peut prendre plus de temps que les méthodes traditionnelles, mais le résultat en vaut la peine. En suivant ces astuces, vous deviendrez rapidement un expert en cuisine solaire.